IENA
Galop Suisse  |  Suisse Trot  |  SPV/FSC

La vie à IENA au 40e jour

La nature se venge-t-elle…? C’est une question qui devrait tous nous interpeller, d’autant plus qu’un article signé par le philosophe franco-suisse Dominique Bourg paru dans un journal il y a 2 jours titrait «Ce virus est un avertissement de la nature, très salutaire».

La curiosité m’a conduit à chercher à comprendre ce que recouvre le mot «nature». Le grand frère Wikipédia est venu à mon secours.

 « Le mot nature est un terme polysémique (c’est-à-dire qu’il a plusieurs sens): il peut signifier la composition et la matière d’une chose (ce qu’elle est, son essence), l’origine et le devenir d’une chose, l’ensemble du réel indépendant de la culture humaine, ou l’ensemble des systèmes et des phénomènes naturels.

Au sens commun, la nature peut regrouper:

  • L’environnement biophysique, l’habitat et les milieux dit naturels (terrestres), aquatiques ou marin; préservés (à forte naturalité) et dégradés;
  • Les paysages sauvages, les paysages aménagés et altérés;
  • Les «forces» et principes physiques, géologiques, tectoniques, météorologiques, biologiques, l’évolution qui constituent l’univers et celles qui animent les écosystèmes et la biosphère sur la Terre;
  • Les milieux (eau, air, sol, mer, monde minéral);
  • Les groupes d’espèces, les individus et les mondes qui les abritent: végétal (forêts…), animal, incluant l’espèce humaine et l’environnement humain et les autres niveaux trophiques dont le fongique, le bactérien et le microbien;
  • Certains phénomènes épisodiques de la nature (crises, cycles glaciations/réchauffement climatique, cycles géologiques, cycle sylvigénétique, incendies d’origine non-humaine, etc.).»

Je comprends mieux aujourd’hui pourquoi les activités humaines ont des répercussions positives ou négatives sur notre environnement. Que cette course folle au développement de technologies nouvelles, notre envie de tout vouloir toujours davantage et ce besoin irrationnel de dominer conduisent la nature à se transformer, et souvent aussi à nos dépends. Ce virus est bel et bien une nouvelle fois un avertissement!

Me reviens alors en mémoire que «Nul n’est le maître de ses sentiments, ni de ses désirs, mais chacun le reste de ses actes».

Soyons forts et responsables en nous protégeant et en appliquant les gestes barrières.

Bonne journée.
JPK

La vie à IENA jour après jour


  • OuiNon