IENA
Galop Suisse  |  Suisse Trot  |  SPV/FSC

La vie à IENA au 38e jour

Hier, au cours de la conférence de presse du Conseil fédéral, nous avons compris que les sports n’impliquant pas un contact physique pourraient être à nouveau organisés dès les premiers jours du mois de mai, probablement à huis-clos. Cette annonce nous confronte concrètement à la relance d’une partie de nos activités. Sécurité sanitaire pour notre personnel, nos actifs et commissaires, ainsi que mise en place de contrôles de traçabilité sont autant de nouveaux gestes et procédures que nous devrons certainement appliquer pour longtemps encore.

Redémarrer… Comme avant? Certainement pas! Cette pandémie est-elle une crise ou une catastrophe? La question mérite d’être posée. Peut-être bien un mélange de crise et de catastrophe. La différence? Des philosophes et spécialistes qui ont observé le siècle passé distinguent souvent l’une de l’autre. Une crise nous conduit à essayer de continuer à vivre ensemble, de s’entendre au mieux en passant des accords et en consentant des compromis. Lors d’une catastrophe, force est de constater que certains éléments du passé sont détruits. Si on veut continuer à vivre ensemble, il faut changer de manière de vivre et/ou en inventer de nouvelles manières de vivre. Surtout ne pas remettre en place les anciennes habitudes qui ont conduit à la catastrophe.

Pour l’IENA, sur le plan de nos activités sportives, mais également pour nous tous sur le plan social et économique, il me semble important de distinguer ce qui relève d’une crise ou d’une catastrophe. Nos décisions seront certainement ainsi plus efficaces.

Être solidaires et se réinventer semblent constituer le principal moteur pour aller de l’avant. La sortie progressive du confinement est, pour nous, le signal du départ. Et comme pour une course de chevaux, nous partons pour gagner!

Les gestes barrières constituent la première nouvelle manière de vivre ensemble. Continuons à nous protéger!

Bonne journée.
JPK

La vie à IENA jour après jour


  • OuiNon